Soeur Edna, une quasi légende en Estrie


Edna Phillion Desroberts, cette artiste qui, par son talent, son audace et son originalité, a marqué à sa façon le monde du spectacle de cabaret en Estrie dans les années 70 et 80 a touché pas moins de 220 000 spectateurs et ce seulement dans la région.
Les personnes âgées de 35 ans et plus ont probablement toutes entendu parler de son personnage de scène Sœur Edna. Le personnage est maintenant passé à l'histoire mais les feux de la rampe brûlent toujours pour l'interprète. Edna Phillion Desroberts, qui continue à faire rire et à divertir les foules aussi bien aux Etats-Unis qu'au Québec.

Après avoir étudié le piano au couvent des Sœurs de l'Assomption à Amos, la petite Edna Phillion âgée de 15 ans a connu des débuts illicites au Club Dragon dans son Abitibi natale. Des débuts un peu à la manière de Piaf : elle n'avait pas l'âge requis pour fréquenter ce genre d'établissement. «Ma mère me confiait à un chauffeur musicien ami de la famille qui devait me transporter d'un lieu à l'autre. C'était un homme entreprenant qui semblait avoir 12 mains. Je n'en disais rien à ma mère car elle m'aurait défendu d'y retourner», confie Edna à qui on a refusé l'accès au Club Dragon une fois son contrat terminé.

Puis, le 7 août 1948, elle rencontre l'amour de sa vie comme elle dit, Réal Desroberts, un jeune saxophoniste. Ils entreprendront ensemble un long parcours de plus de 55 années de carrière où ils allieront musique, spectacles, famille et vie de couple.
À leurs tout débuts, en 1959 le couple en compagnie du frère d'Edna formait le Trio Dero. Ils accompagnait des artistes tels Carlos Ramírez, Paolo Noël, Olivier Guimond, Doris Lussier, Denise Filiatrault et Alys Roby. «Elle sortait de clinique et était très nerveuse et inquiète à l'idée de reprendre sa carrière», se rappelle Edna qui venait se produire dans les hôtels d'un peu toute l'Abitibi. -«Ce fut une expérience musicale extraordinaire! Une véritable école de musique», confie-t-elle.
Trois de leurs fils étaient nés lorsqu'ils entreprirent un nouveau périple qui allait les conduire ailleurs en province, d'abord à Chibougamau puis enfin, plus près de chez nous, à Lac-Mégantic dans la belle région de l'Estrie. En 1967, Robert Desmarais, alors propriétaire de l'Auberge du Lac Brompton, les invite à venir se produire à son établissement. «Nous souhaitions vraiment connaître cette belle région des Cantons de l'Est, nous étions enchantés de toute cette beauté», révèle-t-elle. Depuis l'Auberge du Lac Brompton, Le Trio Dero avec une Edna alors enceinte de son quatrième fils accompagnait tous les soirs de grands artistes, The Four Lads, Ginette Reno, Nanette Workman, Les Jérolas, Les Miladies et Tex Lecor, pour ne nommer que ceux-là. A la suite de cet engagement, Edna a fait partie de l'orchestre de l'Hôtel Flamingo à Sherbrooke de 1967 à 1970. « Le Flamingo, c'était une grande salle de danse, deux bars, 600 places et presque plein tous les soirs», se rappelle l'artiste qui a fait danser des milliers de personnes pendant ces belles années.

En 1970, les soirées Cave à vin des moines, formule très populaire à l'époque à Montréal, devient une source d'inspiration pour le couple Desroberts et Pierre Banville, alors propriétaire de l'Auberge des Pins à Deauville. «Nous sommes allés emprunter de vieilles soutanes dans un collège. Puis moi et Georgette, la soeur de Pierre, nous nous sommes costumées en nonnes. Je me suis empressée d'apprendre quelques monologues des Cyniques, de Belle Barth, de Rusty Warren», raconte l'humoriste qui, à l'aide de blagues à double sens et de chansons grivoises, a fait courir les foules à la Nonnerie de Deauville jusqu'en 1974 puis à Magog lorsque le couple s'est porté acquéreur de son propre hôtel, le New Magog, qu'il a baptisé La Retraite de Soeur Edna et qu'il a gardé jusqu'en 1987. «On a créé un monstre», s'exclame l'artiste. Selon Edna Desroberts, le clergé fronçait les sourcils mais les spectacles étaient tout de même de bon goût, amusants et pas trop osés.

Exquise pianiste, elle travaille aujourd'hui les lundis, mercredis et samedis pendant la période estivale au Manoir Hovey de North Hatley et ce depuis maintenant 14 saisons. Quant à Soeur Edna, la nonne, elle n'est plus depuis que le couple DesRoberts a fermé l'Hôtel New Magog là où soutanes et coiffes sont demeurées. Aujourd'hui, Edna Desroberts fait carrière sous sa véritable identité et sa carrière va bon train. Chanteuse et humoriste, elle fait la tournée des festivals western du Québec. Parfois, elle accepte de se produire dans des réceptions privées. Et, l'hiver, depuis maintenant plus de 10 ans, la pianiste-chanteuse-humoriste tient le haut de l'affiche dans les boîtes de nuit en Floride, au plus grand plaisir des snowbirds, de même qu'au Canada Fest.

Le couple Desroberts toujours si adorablement amoureux fêtera ses 50 ans de mariage le 2 avril 2006, ils ont quatre beaux garçons et huit magnifiques petits-enfants. Toute cette belle histoire d'amour se déroule à I' écoute de Chansons d'amour pour toi, d'Edna Phillion Desroberts, un enregistrement CD produit par l'un de ses fils, Pierre, également excellent guitariste, et réalisé sous la direction de Dany Roy, sax ténor et chef d'orchestre pour Garou lorsqu'il est en tournée. Sans parler de Je vous aime... Edna au piano, avec des titres tels que Bozo, Le p'tit bonheur, New York New York, etc. Le couple Desroberts a choisi l'Estrie et les Estriens l'ont adopté depuis maintenant bien des années. Pour vous procurer ses enregistrements: 819-842-2596 ou à l'adresse: ednareal.desroberts@gmail.com

Vous pouvez joindre EDNA en cliquant ICI

ou à l'adresse : ednareal.desroberts@gmail.com

Vous pouvez vous procurer son nouveau disque CD en cliquant ICI